AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 el alamein

Aller en bas 
AuteurMessage
Jukov
JagdPanzer IV
JagdPanzer IV
avatar

Nombre de messages : 394
Localisation : 84
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: el alamein   Sam 23 Sep - 19:49

Le 22 septembre, Rommel, trop malade pour continuer à assurer le commandement du DAK, confie celui-ci au général Stumme. Le 23, Rommel décolle de Derna à destination de Rome où il doit rencontrer Benito Mussolini. Après cette escale romaine, Rommel s'envole pour Berlin où il s'entretient cette fois avec le Führer puis après cela il part pour le centre d'hospitalisation du Semmering à proximité de Wiener Neustadt. À ce moment-là, Hitler ne pense aucunement renvoyer Rommel en Libye mais plutôt sur le front russe.

Début octobre, Rommel se rend à Berlin pour répondre à plusieurs interviews pour la presse allemande à laquelle il annonce que l'Afrika Korps atteindra bientot Alexandrie sans toutefois cacher les difficultés de ravitaillements et l'avance de plus en plus dificile. Son moral est d'ailleur remonté suite à la promesse d'Hitler de lui envoyer très rapidement des chars Tigre I dont Rommel vient de voir le prototype. Rommel sera ensuite acclamé lors d'un meeting en son honneur dans le palais des sports de Berlin, où tous les dignitaires nazis sont là pour le féliciter. À la tribune, Rommel fera un discours très optimiste sur la suite des opérations puis raconte des anecdotes sur les victoires au quotidien qu'il remporte à la tête de ses troupes.

En Afrique pendant ce temps-la, l'armée alliée renforce ses positions et en particulier celle d'El Alamein. De plus les combats continuent et ce sont en grande partie les Italiens qui soutiennent le poids des combats. Ainsi le 2 octobre, le 10e bataillon, du commandant Grossi, de la Folgore repousse à lui seul une attaque de la 6e brigade néo-zélandaise en détruisant 20 chars Grant mais perd son commandant dans ce combat. Le 12, c'est le groupement Ruspoli qui relève des troupes de la Division Trieste dans l'Himeimat et en particulier les côtes 103 et 125. Là, le groupement fait face à deux ennemis, la chaleur intenable et la maladie provoquée par celle-ci, dysenterie, insolations, scorbut... et qui font des ravages dans les rangs italiens mais aussi les armées alliées qui ne cessent d'attaquer la position. Malgré tout, suite aux pertes provoquées par les hommes du colonel Ruspoli mais aussi aux conditions de vie dans l'armée britannique plusieurs mutineries ont lieu dont celle des troupes australiennes qui refusent tout simplement de retourner à l'assaut.

Mi-octobre Montgomery et sa 8e armée britannique, qui dispose maintenant de plus de 220 000 hommes ainsi que de 1 600 chars, 1 400 pièces antichars, un millier de canons et un millier d'avions, prépare une grande offensive sur El-Alamein où sont retranchés 96 000 Germano-italien ne disposant que de 500 chars (dont 200 allemands seulement) 750 pièces antichars, de 480 canons et 340 avions. La plus grande partie des troupes germano-italienne est italienne. Sur 12 divisions, 8 sont italiennes (divisions Littorio, Trieste, Trento, Bologna, Brescia, Ariete, Folgore et Pavia) et 4 germaniques (15 et 21e panzerdivision, 90e division motorisée et 164e division d'infanterie), auxquelles il faut ajouter une brigade parachutiste sous le commandement de Ramcke. Dans la nuit du 22 au 23 octobre l'offensive britannique est déclenchée, mais celle-ci se solde par un échec. La division Folgorre continue quant à elle à faire des miracles et repousse les assauts répétés de la 44e division d'infanterie et de la 7e division blindée britanniques renforcé de la 1re brigade de Français libre, entre le 23 et le 25 octobre.

Rommel bien que toujours en Allemagne se tient malgré tout informé de ce qui se passe en Afrique. Le 24 octobre, il apprend la mort du général Stumme mort d'une crise cardiaque ce qui le décide à reprendre le chemin de l'Afrique au plus vite. Le 26 octobre il arrive et s'informe de la situation avec précision.

Le 3 novembre, la division Ariete, équipé de chars M13/40 se lance dans une lutte perdue d'avance contre des Sherman deux fois plus puissant que leur chars. Au soir du 4 novembre, il n'y a plus de division Ariete, celle-ci est anéantie. Mais ceci n'est qu'un exemple de ce qui arrive aux divers régiments engagés dans cette lutte acharnée.

Hitler avait donné l'ordre à Rommel de résister jusqu'au bout, malgré cela Rommel décide d'abandonner la bataille et de ne pas sacrifier inutilement les troupes et le matériel qui lui reste. Cependant, il ne lui reste plus que 32 chars le 4 novembre lorsque les combats cessent.

Il écrit pour se justifier :
« La bataille tourne mal. Nous sommes tout simplements écrasés par le poids de l'ennemi. J'ai fait une tentative pour sauver au moins une partie de l'armée, et je me demande même si elle réussira. Je cherche nuit et jour un moyen de tirer de là nos troupes. Nous allons vers des jours difficiles, les plus difficiles, peut-être, qu'un homme puisse traverser. Les morts sont heureux, pour eux tout est fini. L'ordre du Führer exige l'impossible car une bombe peut tuer même le soldat le plus résolu. Il est évident qu'Hitler n'a rien compris à notre situation en Égypte. »
La retraite, plus ou moins aisée pour les Allemands qui disposent d'un grand nombre de véhicules et donc d'une grande mobilité, est plus délicate pour les divisions italiennes. La division Trento sera encerclée le 5 novembre dans la région de Fouka. Son général, Francesco Scotti, se résignera à déposer les armes n'ayant plus de munitions. Plus au sud ce sont les restes des divisions Pavia, Brescia et Folgore qui capitulent ce même jour. Les généraux Ferraro Orsi (10e corps) et Priederi (Brescia) se feront tuer au combat. Pour la Folgorre, la reddition se fait avec les plus grands honneurs, le général Frattini rencontre le général de division Hugues (44e division d'infanterie). Les deux hommes se saluent puis Hugues prend la parole : « Divers rapports me forçaient à croire que vous étiez mort. Je constate avec soulagement qu'il n'en est rien. » Puis il ajoute : « Durant toute ma carrière de soldat, je n'ai jamais rencontré de meilleurs soldats que ceux de la folgore. » Frattini a les larmes aux yeux, la Folgore ne compte plus que 32 officiers et 262 soldats.

_________________
-Si vis pacem para bellum-
si tu veus la paix prépare la guerre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Carius
JagdPanther
JagdPanther
avatar

Nombre de messages : 555
Age : 29
Localisation : 84
Date d'inscription : 23/09/2006

MessageSujet: Re: el alamein   Jeu 5 Oct - 21:42

En tout cas je dis respect à ces italiens de la Folgorre salut salut
comme je dis respect à tous ceux qui ont participé de à cette bataille @+
Carius

_________________
~Ecraser,ne pas effleurer~Gudérian
mon forum sur le front de l'est: http://ostfront.forumpro.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
panzerman-25
somua S-35
somua S-35
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 30
Localisation : le 25
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: el alamein   Mer 27 Juin - 21:23

belle bataille en effet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patton666
T-70
T-70
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 27
Localisation : lens
Date d'inscription : 17/02/2010

MessageSujet: el alamein   Sam 27 Fév - 22:04

belle bataille certes mais Monty a fait sa stratégie de je me renforce et je tape sur la tronche d'un ennemi dix fois moins nombreux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: el alamein   

Revenir en haut Aller en bas
 
el alamein
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La bataille d'El Alamein, juin - novembre 1942...
» Ce soir sur RMC : soirée El Alamein
» Sans yeux et sans mains de Jacques Lebreton
» bren carrier
» Forces françaises libres à Bir Hacheim et El Alamein.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les batailles de chars :: Autour de la méditerranée-
Sauter vers: